Critiques de livres

LE ROI EN JAUNE

 

Robert W. Chambers

 

livre

Je ne compris pas s’il y avait une impureté dans la térébenthine ou bien un défaut dans la toile, mais plus je raclais et plus la gangrène semblait s’étendre.

 

Recueil de Nouvelles     Fantastique     Horrifique

Adulte     Adolescent

 

   De Paris à New York, de jeunes artistes voient leur vie bouleversée par un étrange livre interdit, Le Roi en jaune. A travers celui-ci, c’est un univers de folie et de cauchemar qui fait irruption dans notre monde : celui de Hastur et de Carcosa, sur lequel règne le terrifiant Roi en jaune.

   Au péril de votre équilibre mental, feuilletez le livre maudit d’une beauté si prodigieuse que ceux qui le lisent basculent dans la folie. Résisterez-vous à la damnation qui les pousse tous au suicide ?

Critique par Nathalie Pi.

 

    J’ai lu Le Roi en jaune paru chez les éditions Le Livre de Poche dans le cadre du partenariat avec Histoires de Romans. J’avais eu de nombreux échos sur cet ouvrage et je dois dire que je n’ai pas du tout été déçue par sa lecture.

    Le Roi en jaune est un recueil de dix nouvelles écrites tantôt à la première personne et tantôt à la troisième personne de singulier. Toutes les nouvelles sont écrites au passé : le drame est déjà arrivé avant le début de chaque nouvelle - procédé que l’on retrouve aussi chez Edgar Allan Poe. Le style d’écriture ainsi que le vocabulaire sont simples. L’auteur emploie beaucoup de vocabulaire sombre et lugubre pour montrer le fait que le fantastique décadent est mis en valeur dans chacune des nouvelles. Les dialogues ainsi que le point de vue interne au personnage - à la 1ère comme à la 3e personne - permet de nous montrer l’ampleur de la folie de plus en plus grande qui guette les personnages. La dynamique et le rythme sont bien en place et laissent le drame arriver progressivement. Pour ce qui est de la mise en page, toutes les nouvelles suivent un schéma similaire, sauf celle intitulée Le Paradis du prophète qui se compose de plusieurs mini-chapitres de une à deux pages contenant chacune un titre. Chaque nouvelle se voit attribuée une citation d’autres œuvres sous son titre. Enfin, le livre contient un petit dossier contenant une notice biographique, une nouvelle d’Ambrose Bierce de laquelle est issue la mystérieuse ville de Carcosa et un petit essai sur les points du recueil repris dans la série True Detective.

    L’histoire de chacune des nouvelles est très bien préparée. Bien qu’on sache plus ou moins dès le début quel personnage est fou ou quel personnage mourra, l’intrigue n’en reste pas moins intéressante et on veut savoir de quelle manière se déroulera la nouvelle : quelle sera l’ampleur de la folie des personnages. L’histoire est originale dans le sens où Le Roi en jaune est une pièce de théâtre que certains personnages lisent avant de devenir fous. On peut penser que le Roi jaune est une allégorie de la mort ou de la folie. Chacune des nouvelles a aussi son lot de morts et certains personnages sont repris d’une nouvelle à l’autre pour sa propre histoire fantastique. La plupart de ces récits ont une fin heureuse, malgré des événements vécus de manière tragique. La plupart des nouvelles se situent en France et se déroulent la nuit, dans des endroits sombres, pour insister sur le côté macabre et mystérieux de l’ouvrage. Dans l’ensemble, toutes les nouvelles de ce recueil reprennent la guerre franco-allemande de 1870 et les mœurs de la société parisienne de l’époque.

    En conclusion, un recueil que j’ai adoré lire pour ses histoires sombres et macabres. C’est un recueil qui, je pense, plaira beaucoup aux personnes aimant les écrits d’Edgar Poe. À découvrir.

note

un plaisir macabre